Queer Week – « Déterritorialiser les sexualités : dissidences sexuelles et déplacements sud/nord »

HORS-SÉRIE 

Dans le cadre de la Queer Week 2018
A Science Po Paris

Si le queer en tant que concept théorique a trouvé des échos au-delà des sociétés occidentales, c’est grâce à sa dimension relationnelle. En effet, en rendant visible la dimension inhéremment politique des identités de genre et des identités sexuelles, le queer s’est avéré être un formidable outil analytique, suffisamment souple pour que son emploi soit possible dans des contextes connaissant des régimes biopolitiques divers.

Néanmoins, ce concept n’est pas à l’abri des rapports de pouvoir divisant le monde entre centres et périphéries. Une stratégie hégémonique semble avoir également touché le queer au fur et à mesure que celui-ci s’impose comme discipline académique et mouvement politique aux États-Unis et en Europe occidentale. Aux individus situés hors de ces territoires, il faut continuellement essayer de prouver la pertinence de leurs expériences comme partie prenante de ce qui constitue le queer.  Le besoin de s’« expliquer » ou de se « prouver » détourne l’effort des queers racisé.e.s ou non-occidentaux.les. La traduction de leur réalité dans les termes d’un certain queer qui demeure intraduisible est privilégié au dépit des efforts pour penser dans leurs propres termes et créer leur propre langage.       

Quels sont les enjeux politiques qui finissent par réduire au silence les expériences des queers non-occidentaux.les ? Telle est la question que nous nous posons et que nous souhaitons explorer avec cette table ronde, en gardant toujours à l’esprit l’intention de faire avancer et de renouveler l’engagement de la théorie queer/transpédégouine avec la déterritorialisation des identités et des désirs.

Interventions :

  • Les brésiliennes du Bois de Boulogne : l’histoire d’une immigration entre 1975 et 1985

Marina Duarte, doctorante à Paris 7

Les années 1970 sont à la fois un moment de grande expansion du phénomène travesti au Brésil et le début de l’immigration des travesties à Paris. La période entre 1975 et 1985 est marquée par un flux très intensif d’entrée des travesties brésiliennes à Paris : pendant ces années, nous pouvons spéculer sur la présence de 500 à 1.000 travesties à Paris. À l’instar de leur condition sociale au Brésil, elles occupent à Paris un lieu social dans la ville bien défini : la grande majorité est confinée à la prostitution de rue et certaines d’entre elles travaillent en tant que vedettes dans les cabarets trans. Ces deux milieux soit la prostitution de rue, soit le cabaret appartiennent tous deux à la sphère plus large du commerce du sexe. Au-delà de cet univers la possibilité d’exister pour les travesties est restreinte. Ainsi, cette présentation a comme objectif d’analyser cette immigration et la présence de travesties brésiliennes à Paris à partir du cadre des migrations transnationales du commerce du sexe et des réseaux sociaux créés autour de ce dernier.

avec une co-tutelle à L’Université de l’état de São Paulo. Elle est présidente de l’Association de chercheurs brésiliens en France (APEB-FR) et Présidente du conseil administrative de l’association PASTT (Prévention Action Santé Travail pour les Transgenres).

  • L’historiographie littéraire face aux catégories LGBTQ : droit d’inventaire à partir du cas de Pedro Lemebel

Alejandra Peña Morales, doctorante à Paris 8

Dans Second Skins, Jay Prosser nous invite à reconsidérer Le Puits de la solitude, le célèbre « roman lesbien » de Radclyffe Hall, comme un texte fondateur de la « littérature trans ». Ce changement de catégorie peut sembler anodin mais il implique en réalité de profonds enjeux politiques, esthétiques et épistémologiques. Nous verrons en quoi cette relecture peut être appliquée à une bonne part de la littérature « homosexuelle » latinoaméricaine : en effet, les figures des œuvres de Reinaldo Arenas, Pedro Lemebel et Manuel Puig, auxquelles on applique la catégorie « gay », correspondent en fait moins aux critères de l’homosexualité cisgenre qu’à ceux de la transidentité. Pour autant, une telle correction ne résout pas tous les problèmes. Elle en fait même émerger de nouveaux, lesquels nous obligent à nous arrêter sur la spécificité des sociétés du Sud hispanophone en matière de sexualité. Nous verrons dès lors comment il convient d’adapter nos outils théoriques à cette réalité.

  • Sous le spectre du manque : articulations queer et postcoloniales dans les Suds globaux

Izadora Xavier do Monte, doctorante à Paris 8
Gabriel Semerene, doctorant à Paris 4

Dans cette intervention, nous avons cherché à adopter le manque comme fil conducteur d’une analyse de la fabrique de théories et de pratiques queer dans des régions situées à la marge d’un monde polarisé et à l’entrelacs de différents types de manque – à savoir le Cône Sud et le Moyen-Orient arabophone.

Le choix de ces deux régions a été en partie motivé par le fait qu’elles se placent aux antipodes l’une de l’autre vis-à-vis du manque comme concept colonial. En effet, tandis que l’Amérique dite « latine » – et notamment son extrémité sud – serait perçue comme un prolongement de la civilisation occidentale ayant manqué son rendez-vous avec la modernité, « l’Orient », lui, joue le rôle de l’autre ultime pour l’homme occidental.   

Loin de souhaiter reproduire les frontières de la géographie coloniale et sa répartition du monde en « aires culturelles », nous concevons ces régions comme autant d’espaces communicants, englobant, certes, des sociétés fort diverses, mais dialoguant les unes avec les autres, notamment sur le plan militant et des débats sociétaux.   

Malgré les différences structurelles dans le développement des formes de militantisme et de production de connaissance dans ces deux contextes, l’analyse des parcours militants et théoriques queer dans le Cône sud et dans le Moyen-Orient arabophone nous mène à un constat : lorsque l’on est queer et que l’on appartient au Sud global, la question postcoloniale devient incontournable.

Voir aussi: 

Discutantes : Yolinliztli Pérez, doctorante à l’EHESS et Tania Romero Bairros, doctorante à Paris 8


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.