Configurations de genre et mobilisations sociales LGBTQIF+ dans le Brésil contemporain

Intervention : « Une nouvelle solution : déclinaisons d’une logique d’action innovatrice chez les hommes néo-pentecôtistes au Brésil » par Ana Carolina Freires Ferreira, doctorante en sociologie (Université de Bordeaux, CED).

Résumé :
Que le tournant néolibéral des années 1980 coïncide avec le développement du néo-pentecôtisme en Amérique latine, relève, selon Peter Berger (2001), du fait que ce phénomène religieux est « intrinsèquement lié aux spécificités des formes modernes du capitalisme périphérique ». En effet, l’auteur défend que ce type de protestantisme, axé sur la Théologie de la prospérité, produit des comportements sociaux qui suivent la logique capitaliste néolibérale. En sachant que tout modèle socio-économique nouveau reconfigure les rapports de genre et la construction des féminités et des masculinités (Connel, 2014), nous nous intéresserons ici à ce qu’offre cet accouplement entre néo-pentecôtisme et néolibéralisme aux hommes (cis) de classe populaire au Brésil et à l’influence qu’il a sur leurs conceptions et leurs pratiques de la masculinité.

Sous un régime néolibérale, le succès au masculin est incarné notamment par des hommes de classe moyenne et supérieure, qui affirment leur masculinité à travers leur réussite professionnelle et familiale. Toutefois, cette forme de masculinité est rarement accessible aux hommes des classes populaires. C’est pourquoi, comme le dit Mulot (2009), les hommes de classes défavorisés finissent par mettre en avant d’autres critères de masculinité : la valorisation de la virilité hétérosexuelle, le rapport ambivalent entre la compétition et la fraternité masculine entre paires et une « culpabilité chronique » liée à la faillite des hommes en tant que pères. Cette masculinité populaire se construit en parallèle, voire en opposition à certaines caractéristiques de la masculinité néo-libérale : nous observons ainsi notamment que le travail n’y joue pas un rôle central et donc, par conséquent, que la notion de responsabilité familiale n’est pas non plus un élément structurel. Pour être en accord avec les valeurs néo-patriarcales défendues par le néo-pentecôtisme, les hommes populaires convertis abandonnent alors des pratiques qui consolidaient leur identité masculine. Face aux « conduites d’innovation » (Merton, 1965), qui constituent pour les hommes populaires une voie possible (mais illégale) d’atteindre certains objectifs de l’idéal néolibéral et une certaine masculinité hégémonique, le néo-pentecôtisme se présente à ces acteurs comme une alternative légitime et accessible pour accéder à un type de masculinité « prospère ». Bien que la réussite sociale et économique n’est pas systématique, l’église apporte quand même à ces hommes une stabilisation du réel (à travers un cadre théologique néopatriarcal) et une valorisation de la « masculinité de périphérie » qu’ils incarnent. Comme Mariana Cortês (2014) l’explique, cela passe par la transformation de la précarité sociale vécue par l’individu en monnaie d’échange dans le contexte religieux (lorsqu’il « vend » l’histoire de sa souffrance en tant que témoignage de sa « libération ») ou en devenant souvent, par la suite, pasteur. Il s’agit, dans ce contexte, d’une nouvelle forme de « conduite d’innovation », remplaçant le parcours criminel par un parcours religieux.

Bibliographie indicative :

  • CONNEL R., Masculinités : enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Ed. Amsterdam, 2014.
  • CORTES M., « O mercado pentecostal de pregações testemunhos : formas de gestão do sofrimento », Religião e Sociedade, Rio de Janeiro, 34 (2), pp.184-209, 2014.
  • MERTON R. K., Eléments de théorie et de méthode sociologique, 1965.
  • MULOT S., « Redevenir un homme en contexte antillais post-esclavagiste et matrifocal », Autrepart, 2009/1 (n 49), pp. 117-135.
Intervention : «Genre, sexualité et conservatisme : l’activisme féministe et LGBT au sein du mouvement lycéen dans le scénario conservateur du Brésil contemporain » par Paula Alegria, doctorante en anthropologie sociale (Université de São Paulo PPGAS/USP – CRBC/EHESS).

Résumé :

À partir d’une perspective intersectionnelle des «marqueurs de la différence», qui met en valeur les marqueurs de génération, genre et sexualité et leurs complexes relations mutuelles, cette présentation s’intéressera aux interactions entre le gouvernement conservateur du Brésil et les organisations politiques de jeunes filles féministes et des jeunes personnes LGBT pendant les trois cycles d’occupation étudiante des établissements publiques, lors du «Printemps lycéen». La lutte contre « l’idéologie du genre » et « l’endoctrinement idéologique», en tant que la base des projets de lois et de directives en matière d’éducation dans l’Enseignement Primaire et Secondaire, pousse les mouvements lycéens féministes et LGBT à réinventer leur modes d’organisation et de résistance. Ainsi l’école devient comme un « espace public » controversé, où les un.es visent à le limiter les connaissances théoriques sur le genre et la sexualité (car considérées comme des «idéologies» «de gauche» ou «marxistes») et où les autres cherchent à rendre cet espace plus accueillant aux minorités de genre et de sexualité. Basé sur l’articulation entre l’anthropologie et les études du genre, il s’agit donc
de tenter de comprendre les effets des expériences des lycéens sur les usages et les significations de la politique qu’ils entreprennent en termes de genre et de sexualité, soit par les interventions d’organisations syndicales lycéennes et les collectifs féministes et LGBTs, soit par les conséquences qu’ont les discours réactionnaires en matière d’éducation et de démocratie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search