L’éveil des féminismes chiliens : le renouveau des pratiques militantes vers l’émancipation

Interventions :

« Les défis du féminisme face aux mouvements sociaux : le cas des étudiant.e.s féministes de la Fédération d’Étudiant.es de l’Université du Chili (FECH) » par Carla Rodríguez, masterante en sciences politiques à l’IHEAL

« Les créations féministes contemporaines au Chili : analyse d’une iconographie contestataire et de ses conditions d’émergence » par Flora Laforque, doctorante en Histoire de l’art à Paris 1 (HiCSA)

« La funa féministe au Chili. Le fruit d’un syncrétisme : entre féminismes globaux et traditions latino-américaines de transition démocratique » par Nikita Pompei, diplômée d’un Master Théorie politique de Sciences Po

Résumé :

La funa, ce mouvement de dénonciation informelle des violences genrées sur les réseaux sociaux, se situe à l’intersection des mouvements globaux du féminisme en ligne et une tradition proprement Sudaméricaine de dénonciation des exactions commises sous dictature.

En effet, la funa dénonce des comportements perçus comme antiétiques, sexistes ou illégaux, tels que : les féminicides, les violences physiques, les viols, les violences psychologiques, les attouchements non-consentis, la pédophilie, la négligence émotionnelle, le ghosting : la pratique qui vise à mettre fin à une relation en interrompant sans avertissement, ni explications, ou communication, ou bien le gaslighting – ou détournement cognitif –, pratique de manipulation qui consiste à faire douter à la victime de sa propre santé mentale.

L’on peut considérer ce mouvement comme une double dénonciation, car en son sein sont dénoncées les manifestations individuelles du patriarcat, mais aussi les contextes juridiques, légaux, institutionnels et sociaux qui permettent et même encouragent les manifestations individuelles des violences genrées.

Ses buts sont les suivants : briser l’omerta qui pèse sur les personnes ayant subi des violences sexuelles, éduquer la communauté – tout particulièrement des personnes étant susceptibles de subir des violences genrées –, protéger et alerter la communauté, stimuler l’empathie entre les personnes ayant subi des violences, réclamer une justice pour elles, punir les auteurs de ces faits immoraux ou illégaux en rendant leur identité publique, engager la responsabilité de la communauté par rapport à ces faits et finalement, dénoncer l’inaction étatique.

Nous pouvons considérer la funa comme un produit du syncrétisme entre les traditions de transition démocratique et les nouvelles pratiques militantes sur Internet, puisque son caractère unique – celui de rendre publiques les données des personnes dénoncées – ne saurait cantonner la funa au mouvement du féminisme en ligne.

Bibliographie :

  • BONALDI, Pablo. Hijos de desaparecidos. Entre la construcción de la política y la construcción de la memoria. In JELIN, Elizabeth et SEMPOL, Diego. El pasado en el futuro: los movimientos juveniles. Buenos Aires : Siglo XXI. 2006. pp. 143-184.
  • DA SILVA CATELA, Ludmila. No habrá flores en la tumba del pasado. La experiencia de reconstrucción del mundo de los familiares de desaparecidos. La Plata : Al Margen. 2001. 191 p.
  • FIGARI LAYUS, Rosario. Los juicios por sus protagonistas: Doce historias sobre los juicios por delitos humanidad en Argentina. Cordóba : Villa María. 2015. 294 p.
  • FILEBORN, Bianca et LONEY-HOWES, Rachel. #MeToo and the Politics of Social Change. London : Palgrave Macmillan. 2019. 350 p.
  • FILEBORN, Bianca et LONEY-HOWES, Rachel. Using Social Media to Resist Gender Violence—A Global Perspective. Oxford Research Encyclopedia of Criminology, Juin 2020, pp. 1-35.
  • MARZANO, Michela. Qu’est-ce qu’une victime ? De la réification au pardon. Archives de politique criminelle, 2006, vol. 28, no. 1, pp. 11-20.
  • PÉREZ BALBI, Magdalena Inés. Hacer visible/hacer audible: paralelos entre el escrache de H.I.J.O.S. (Argentina) y la PAH (España). Nexus Comunicación, Septembre 2015, no. 17, pp. 144-161.
  • POWELL, Anastasia. Seeking rape justice: Formal and informal responses to sexual violence through technosocial counter-publics. Theoretical Criminology, Mars 2015 vol. 19, no. 4, pp. 571-588.
  • SALTER, Michael. Justice and revenge in online counter-publics: Emerging responses to sexual violence in the age of social media. Crime, Media, Culture, Décembre 2013, Vol. 9, no. 3, pp. 225-242.
  • SCHMEISSER, Carol. La Funa, aspectos históricos, jurídicos y sociales. Mémoire de Licence : Sciences Juridiques et Sociales : Santiago : Universidad de Chile. 2019.  62 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search