Genre et littérature latino-américaine

Interventions :

« Les ‘‘femmes trans’’ avant les identités LGBT : ‘‘maricas’’, ‘‘locas’’, ‘‘jotos’’, ‘‘putos’’ dans la littérature latino-américaine » par Olga GONZALEZ, docteure en Sociologie (Université de Paris, Urmis – Institut Convergences Migrations)

Résumé :

Mon exposé est une contribution à la conceptualisation des relations entre sexe, genre et sexualité (Nicole-Claude Mathieu, 1991 et 2014) à partir de l’examen d’un corpus d’œuvres produites par six écrivains dans cinq pays d’Amérique latine entre 1961 et 2001 (Pérou, Chili, Argentine, Mexique et Cuba) : José María Arguedas, El sexto, 1961 ; José Donoso, El lugar sin límites, 1965 ; Álvaro Mutis, Diario deLecumberri, 1975 ; Manuel Puig, El beso de la mujer araña, 1976 ; Reinaldo Arenas, Arturo, la estrella más brillante, 1984 ; Pedro Lemebel, Tengo miedo, torero, 2001. Ces œuvres littéraires  sont parmi les premières à mettre en scène des personnages d’hommes endossant le rôle des femmes de manière permanente dans la littérature latino-américaine. 
Mon travail  suit une méthode ethnographique et sociologique, où j’interroge  les catégories des auteurs, des personnages et de leurs milieux: dans les sociétés décrites dans ces livres, il y a une homologie entre sexe / genre / sexualité : il est attendu d’un homme (sexe) qu’il se comporte comme un homme viril (genre) et qu’il soit hétérosexuel (sexualité). Ainsi, un homme efféminé et/ou qui est attiré par les hommes, est considéré comme n’étant pas un vrai homme, donc comme étant une « marica ».  
Mon travail répertorie les noms et explique les catégories de sexe/genre auxquels sont renvoyés les hommes qui endossent des comportements féminins dans les milieux populaires d’Amérique latine. Les mots marica, loca, joto, puto, sont à la fois un signe de classe, une censure de l’homosexualité et une place dans la  hiérarchie de la sexualité (celui qui est « passif » dans le rapport sexuel est féminisé).

Bibliographie indicative :

« Figures de la Folle révolutionnaire. Travestissement et subversion dans deux romans chiliens : El Lugar sin limites de José Donoso (1966) et Tengo miedo torero de Pedro Lemebel (2001) » par Romain FREZZATO, doctorant en Littérature comparée (Paris 8, LEGS)

Résumé :

Quand elle fait, au beau milieu du XXe siècle, son entrée fracassante en littérature, la Folle porte en elle les promesses d’une déstabilisation du genre, des sexes et de la sexualité. En l’inscrivant dans un contexte historique et socio-géographique spécifique, les auteurs chiliens Pedro Lemebel et José Donoso lui confère une portée politique sans précédent. C’est aussi, tant dans Ce Lieu sans limites (1966) que dans Je tremble ô matador (2001), une façon d’affoler l’art romanesque et de queeriser la langue. C’est ce qu’il s’agit de mettre en évidence dans cette communication portant sur deux prolétareines passées à la postérité. 

Bibliographie indicative :

  • BILLARD, Henri. « Amour et culture populaire : armes de lutte politique dans le roman Je tremble, Ô Matador de Pedro Lemebel ». Entre jouissance et tabous, les représentations des relations amoureuses et des sexualités dans les Amériques, sous la direction de Mariannick Guennec, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, pp. 125-132.
  • GALARRAGA-OROPEZA, Víctor, « Plus de ‘‘pre-textes’’ pour lire José Donoso », Problèmes d’Amérique latine, 2016/3 (N° 102), p. 111-130.
  • LE TALEC, Jean-Yves. Folles de France. Repenser l’homosexualité masculine. Paris : Éditions de la Découverte, Collection Genre et Sexualité, 2008.
  • MAGNARELLI, Sharon. Understanding José Donoso. Columbia: University of South Carolina Press, 1993. 
  • PALAVERSICH, Diana. « The Wounded Body of Proletarian Homosexuality in Pedro Lemebel’s Loco afán », Latin American Perspectives, 29 (2), pp. 99-118.
  • RICHARD, Nelly. Cultural Residues: Chile in Transition, trad. Par WEST-DURAN, Alan et QUESTER, Theodore.Minneapolis : University of Minnesota Press, 2004.
  • SIFUENTES-JÁUREGUI, Ben. Transvestism, Masculinity and Latin American Literature. New York: Palgrave, 2002.
  • SOUQUET Lionel. Autofiction, homosexualité et subversion dans la littérature latino- américaine postmoderne : La « folle » évolution autofictionnelle chez Arenas, Copi, Lemebel, Puig, Vallejo, Habilitation à diriger des recherches, sous la direction du Professeur Milagros Ezquerro, Université Paris-Sorbonne Paris IV, 2009.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search