Genre, politiques publiques et subjectivités dans le Brésil contemporain

Discutant : Eric FASSIN (PU – Université Paris 8, LEGS)

Interventions :

« Genre, pandémie et absence de politiques publiques au Brésil de Bolsonaro » par Miriam Pillar GROSSI, enseignante-chercheuse en anthropologie sociale (Universidade Federal de Santa Catarina)

« Se construire dans les LGBTphobies : capacité d’agir et production de soi en contexte politique brésilien » par Diego PAZ, doctorant en psychologie sociale et études de genre (Paris 8 – Université Catholique du Pernambouc, LEGS)

Résumé  :

Cette intervention est un extrait d’une recherche de doctorat inscrite au Programme de Master et Doctorat en Psychologie de l’Université Catholique du Pernambouc (UNICAP), au Brésil ; et d’autre part, au Département d’Études de Genre à l’Université Paris 8, en France, dans le cadre d’une cotutelle de thèse. Pour cette communication, je place au centre de mes réflexions la construction de la subjectivité comme puissance d’agir face à la violence basée sur l’identité de genre et l’orientation sexuelle, homophobie ou plus largement LGBTphobie. S’inscrivant dans une perspective épistémologique féministe des savoirs situés, l’enquête a été menée à Recife, au Brésil – depuis le coup d’État parlementaire de 2016, qui a débouché sur la montée au pouvoir d’une extrême droite ultra néolibérale et conservatrice – auprès de personnes qui se définissent comme gaies, lesbiennes, bisexuelles, non binaires, travesties et transgenres (LGBTQI+). Je pars donc des discriminations qu’ils et elles ont subies en analysant comment cette expérience participe de leur subjectivation. Pour cela, je mobilise comme clef analytique le concept de capacité d’agir (agency). À partir de la relecture de Michel Foucault et Judith Butler par Saba Mahmood, pensée comme un travail sur soi, cette puissance d’agir se distingue clairement de la notion de résistance. Je m’appuie ainsi sur trois principes : premièrement, la violence est un acte qui assujettit et produit des formes de subjectivité ; en deuxième lieu, ce processus de devenir sujet s’opère dans une lutte qui implique la production d’une marge de manœuvre face à un type spécifique de violence ; et, finalement, cette capacité d’agir ne se limite pas à des actions ou pratiques qui s’opposent visiblement aux normes, mais inclut également des manières productives de les habiter.

Bibliographie :

  • Butler, J. (1997a). Excitable speech : A politics of the performative. Routledge.
  • Butler, J. (1997b). The psychic life of power : Theories in subjection. Stanford University Press.
  • Butler, J. (1999). Gender trouble : Feminism and the subversion of identity (2e éd.).
  • Butler, J. (2011). Bodies that matter : On the discursive limits of « sex ». Routledge.
  • Foucault, M. (2004). Histoire de la sexualité, 2. L’usage des plaisirs. Gallimard.
  • Foucault, M. (2011). História da sexualidade, 1. A vontade de saber (M. T. da C. Albuquerque & J. A. G. Albuquerque, Trad.). Graal.
  • Haraway, D. (1988). Situated Knowledges : The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575‑599. https://doi.org/10.2307/3178066
  • Harding, S. G. (1986). The science question in feminism. Cornell University Press.
  • Hill Collins, P. (2004). Learning from the Outsider Within : The Sociological Significance of Black Feminist Thought. In S. G. Harding (Éd.), The feminist standpoint theory reader : Intellectual and political controversies (p. 103‑126). Routledge.
  • Mahmood, S. (2005). Politics of Piety : The Islamic Revival and the Feminist Subject (REV-Revised). Princeton University Press; JSTOR. https://doi.org/10.2307/j.ctvct00cf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search