Communiqué de GeFemLat contre la répression en Colombie (mai 2021)

Au nom du comité d’organisation de l’atelier doctoral « Genre et Féminismes dans les Amériques latines », nous tenons à exprimer notre profonde inquiétude face à l’escalade répressive qui n’a cessé de s’intensifier en Colombie depuis le mercredi 28 avril 2021. En tant que doctorant·es et docteures latino-américain·es et latino-américanistes, nous sommes particulièrement alarmé·es devant l’ampleur de la violence policière et (para-)militaire déployée ces derniers jours contre les manifestant·es et nous condamnons catégoriquement la disproportion de la violence d’État, ainsi que l’incapacité de l’exécutif à garantir le droit à manifester librement et en toute sécurité.

Dans un contexte de crise sanitaire et de troisième vague épidémique, la nouvelle réforme fiscale annoncée par le Président Iván Duque a déclenché une vague de mobilisations, qui entame aujourd’hui sa dixième journée consécutive et qui ne fléchit pas malgré la répression. Outre le refus de cette réforme – qui allait toucher en particulier les couches de la population les plus précaires et les plus appauvries du pays –, ces manifestations sont le fruit d’un mécontentement généralisé contre la corruption et la narco-politique qui gangrènent depuis des décennies le fonctionnement démocratique en Colombie.

À ce jour, différents organismes de droits humains et entités indépendantes dressent un bilan terrifiant : 37 opposant·es assassiné·es, 234 manifestant·es blessé·es par la police (dont 26 éborgné·es), 934 détentions abusives, 87 personnes disparues, 11 cas de violence sexuelle… En tant que chercheur·es en études de genre, nous tenons à souligner le fait que ce types de violences et de façons de procéder se sont produits et n’ont cessé de se reproduire au cours des différents estallidos dans la région. Elles nous rappellent ô combien le corps des femmes et les corps féminisés – toujours présents en « première ligne » – demeurent des territoires de conquête en temps de « guerre »… et en temps de « paix ». À chaque fois, différents collectifs féministes dans les Amériques latines ont multiplié les appels à acuerpar ensemble face à la répression : nous n’y pouvons que répondre présent·es (malgré la distance) et réitérer notre soutien à tou·tes ceulles qui luttent contre les inégalités sociales.

Tout comme en 2019 avec le Chili et l’Équateur et en 2020 avec le Pérou, nous nous joignons donc aux appels à la solidarité internationale afin de contribuer à visibiliser la gravité de la situation actuelle en Colombie et nous invitons l’ensemble de la communauté universitaire en France à les rejoindre :

« Non à “l’assistance militaire’’ décrétée par le Président Iván Duque »

« Comunicado de profesoras y profesores a la comunidad nacional e internacional »

Enfin, nous rappelons qu’un plantón est prévu à Paris, le samedi 8 mai à 17h à la Place de la République.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search