Genre, travail et care dans les Caraïbes

Interventions :

« Au-delà de la manman-doudou : devenir du personnage maternel dans les littératures caribéennes » par Natacha D’Orlando, doctorante en littérature comparée (LEGS, Paris 8)

Résumé :  En 1979, dans La Parole des femmes : essai sur des romancières des Antilles de langue française, Maryse Condé mettait en lumière quelques spécificités des œuvres écrites par les écrivaines caribéennes francophones. Parmi celles-ci, elle notait que la figure de la mère était régulièrement complexifiée par des personnages aux sentiments maternels ambivalents, ou refusant explicitement de devenir mères . Le constat fait dans La Parole des femmes semble pouvoir être appliqué à la génération suivante d’écrivaine, et aux œuvres de Maryse Condé elle-même. En effet, tandis que Patrice Chamoiseau célèbre la manman-doudou adorée , de nombreuses romancières construisent un personnel romanesque dont elles excluent la mère aimée et aimante. Les personnages féminins, déviant du destin maternel évoqué dans La Parole des femmes, sont alors des femmes avortées, des mères mal-aimantes, abusives voire infanticides. Ces figures de mauvaises mères et de femmes sans enfant semblent d’autant plus intéressantes qu’aucune catégorie antagoniste ne semble leur faire face : elles n’apparaissent pas comme des monstres ou des repoussoirs du maternel mais comme sa seule incarnation romanesque. En d’autres termes, s’il existe des figures maternelles de substitution, il ne semble pas se dessiner de catégorie de la bonne mère (biologique) au sein de ces récits. Je propose donc d’interroger dans cette communication l’existence d’une population spécifique aux fictions caribéennes féminines : les personnages a-maternels ou dys-maternels. Cette présentation se fondera sur une étude démographique et comparative de quelques œuvres de Patrice Chamoiseau, Raphaël Confiant, George Lamming, Jacques Roumain et V.S Naipaul, d’une part, et de Maryse Condé, Edwidge Danticat, Jamaica Kincaid et Gisèle Pineau, d’autre parts. Je chercherai, dans un premier temps, à identifier et cartographier ce territoire narratif : Quel(s) cadre(s) (familial, social, historique) contribue(nt) à l’apparition de ces personnages ? Comment se distribuent-ils sur la scène de l’énonciation ? Quels dialogues intertextuels se nouent entre eux ? Je tenterai ensuite de comprendre de quel positionnement littéraire ces personnages peuvent être le support. S’agit-il de diversifier le personnel narratif féminin, au-delà des fonctions conjugales ou maternelles auxquelles il semble ailleurs réduit ? Ou de densifier ce personnel narratif, alors traversé d’assez d’ambivalences et d’ambiguïtés pour pouvoir occuper le premier plan ? Ou, enfin, s’agit-il d’une population fictionnelle spécifique, support d’un discours sur l’histoire, l’origine et la filiation dans le contexte post-esclavagiste et patriarcal des Caraïbes contemporaines ?

« Genre et travail dans le cinéma documentaire de la Révolution cubaine réalisé par des femmes. Mi aporte de Sara Gómez (1972) et Mujer ante el espejo de Marisol Trujillo (1983) » par Laure Perez, doctorante en études hispaniques (CRIMIC, Paris 4)

Résumé : La situation des femmes  a Cuba, encore trop peu étudiée,  est une question-clé  pour comprendre  le processus  révolutionnaire  initié en 1959 et ses paradoxes,  qui font écho aux rapports  historiquement  complexes  entre  féminisme  et marxisme.  Des  les  années  1960,  le pouvoir révolutionnaire affiche des ambitions d’égalité,  quien réalité passent surtout par le fait de se demander  ce que  les femmes  peuvent  apporter  a la Révolution,  plus  que ce  que  la Révolution peut faire pour elles. La réponse a cette question consiste a les intégrer massivement au monde du travail productif, notamment dans les années qui précédent la célèbre récolte des 1O millions de tonnes de canne a sucre en 1970 : les femmes remplacent  les hommes, partis couper  la canne,  dans  de  nombreux  secteurs  de  l’agriculture et  de !’industrie. Le  cinéma documentaire produit par l’ICAIC,  l’Institut  cubain du cinéma créé par le nouveau régime au lendemain  de sa victoire,  reflète et accompagne  ces  bouleversements,  d’autant  plus  que le cinéma est très tôt considéré comme une priorité dans la politique culturelle de la Révolution.

Je  souhaite  me  pencher  dans  cette  communication  sur  deux  films  réalisés  par  des femmes, qui ont longtemps été peu nombreuses et marginalisées au sein de l’ICAIC : Mi aporte (1972) de Sara Gómez, première réalisatrice de cette institution et femme noire, ainsi que Mujer ante el espejo (1983) de Marisol Trujillo. J’analyserai ces films en ayant recours a la notion de « travail reproductif » théorisée par Lise Vogel dans Marxism and the Oppression of Women. Toward  a Unitary Theory.  Le « travail reproductif » peut être défini  comme  un travail qui produit et reproduit la force de travail (les êtres humains) au quotidien et de façon intergénérationnelle. 11 inclut la reproduction biologique, le soin des enfants et toutes les taches nécessaires a la survie et au bien-être physique et émotionnel des êtres humains et est souvent effectué  gratuitement   par  les  femmes  dans  le  cadre  de  la  famille.   C’est   une  question fondamentale pour les deux documentaires que je souhaite étudier. Sara Gómez montre en effet dans  son  film  que  la  participation   accrue  des  femmes   a  des  emplois  dans  l’industrie, l’agriculture  ou les services n’est pas aussi idyllique que ce que la propagande révolutionnaire prétend : les discriminations  persistent et les femmes sont toujours  en charge de la majeure partie du travail reproductif. Marisol Trujillo fait quant a elle le portrait d ‘une danseuse étoile du Ballet national de Cuba qui tente de concilier son métier et la maternité.

Bibliographie

ÁLVAREZ RAMÍREZ Sandra, « El aporte de Sara Gómez » , In Daisy RUBIERA CASTILLO, Inés María MARTIATU TERRY (eds.), Afrocubanas : historia, pensamiento  y prácticas culturales, La Havane: Instituto Cubano del Libro, 2011.

GARCÍA YERO Olga, Sara Gómez: un cine diferente, La Havane, Ediciones ICAIC, 2017

SMITH Lois M. et PADULA  Alfred, Sex and Revolution  : Women  in Socialist  Cuba , NewYork, Oxford University Press, 1996

« Vieillir en famille à Cuba – Tensions et ambivalences du régime familialiste de care » par Blandine Destremeau, sociologue, Directrice de recherches (CNRS-Iris-EHESS)



Citer ce billet
Ale Peña (2022, 26 mars). Genre, travail et care dans les Caraïbes. Genre et féminismes dans les Amériques latines. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oycb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search